Waxed concrete, coloured concrete, decorative surfacing, smoothed concrete                Jacques Maudhuit, dit Michel Aurouze vous convie à un "Ciel-Voyage"grâce à ses tableaux qui illustrent ses romans.
 
Français | English  

ACCUEIL
Introduction
Biographie

MES ROMANS
Une Fleur d'Edelweiss
Les Rameaux de pêchers
Les Millepertuis
L'Arc-en Ciel
Ecriture Fantome
La Faille
les Enchaînés

MES TABLEAUX
Acryliques
Collages
Matière +Tableaux Abstraits
Hommes Pop Art
Nus Masculins Huile


LIENS AMI


CONTACT


 
   
La Faille    
La Faille

www.lepublieur.com (2003)

Critique parue dans "Le Dauphiné Libéré" du dimanche 4 avril 2004 sous la rubrique

BRUITS DE PLUME , signée par François Billy

 

"Au terme d'une carrière flatteuse, un magistrat décide de vivre sa retraite dans le village haut-alpin de son enfance ; contre l'avis général de ses futurs voisins, il achète une espèce de ruine qu'il fait retaper à grands frais. Entouré de montagnes et de souvenirs, comment ne coulerait-il pas des jours paisibles? C'est compter sans la ténacité d'une légende locale : la maison en question est hantée. Certaines nuits, un mur se fissure si profondément qu'on peut voir de l'autre côté de bien curieux spectacles.

La Faille est le sixième roman de Michel Aurouze. Comme dans la pluspart de ses précédents ouvrages l'auteur semble régler ses comptes avec son pèe. Mais surtout, par un jeu de mémoire, il accumule les fantasmes gay. "Tous ces souvenirs que j'avais rejetés avaient réussi à creuser une plaie aussi profonde et douloureuse que la lézarde du mur " constate le magistrat."

 

La faille est en vente contre 15,00 Euros chez :

Jacques Maudhuit-Chemin du Replat-84100-UCHAUX

La faille de Michel Aurouze
par Thierry Zedda
Après avoir pratiqué en chirurgie dentaire, Michel Aurouze est écrivain mais aussi peintre sous la signature de Jacques Maudhuit. Cet artiste provincial talentueux trace sa route sans concession. Car elle lui appartient. La Faille, sixième de ses romans, publié en 2003 et paré d’une de ses huiles, en est une fois de plus la parfaite démonstration.
Ancien procureur de la république aujourd’hui à la retraite, Édouard s’installe dans une vieille ferme presque en ruine des Hautes Alpes. Elle lui rappelle la maison de son enfance et il n’a que faire des légendes du pays qui la disent hantée. Pourtant, certaines nuits, dans les murs de la vieille bâtisse, s’ouvre une faille. Un trou béant qu’il n’aura de cesse de vouloir colmater mais qui inexorablement lui renverra les visages de sa vie passée, de son homosexualité qu’il croyait être parvenu à dissimuler.
Michel Aurouze s’est expliqué à maintes reprises sur la difficulté d’acceptation qui fut la sienne. Par rapport à son éducation. Par rapport à son père. Il est ici nécessaire de rappeler que la vie, la trajectoire d’un artiste sont tout aussi intéressantes pour la compréhension de son œuvre, que l‘œuvre en elle-même. Elles sont complémentaires et nous guident à travers les lignes. On peut lire d'une certaine façon son roman comme une parabole entre l’ancien Michel Aurouze et le nouveau qui, grâce à l’écriture et la peinture, a su trouver son chemin vers un épanouissement salutaire. Le style du romancier, vif, direct, volontairement dépouillé, a le mérite de plonger le lecteur au cœur de l‘histoire en évitant les fioritures. Comme en opposition à un sujet, en lui même assez lourd. 
Très bien écrit, La Faille est un roman intéressant qui prend parfois des airs de conte avec des accents de roman noir. Apparemment, l’auteur s’est amusé à mélanger les genres dans cette parabole entre la maison et l’âme de son occupant. Cette image de la faille qui rappelle au personnage les images de son homosexualité, comme un crime ancien et secret, peut cependant paraître un peu datée. Sans remettre en cause les qualités littéraires de Michel Aurouze, son propos surprend parfois et l’on reste un peu sur sa faim en refermant le livre. Néanmoins,  peut-être écrit dans l’urgence, ce livre n’en demeure pas moins essentiel dans l’œuvre de l’écrivain.
Michel Aurouze, La Faille, roman, éditions Le Publieur, 2003, 94 pages, 15 €.

 

 

 

 


   

Envoyer cette page à un amie